Forum Généactif
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Yonne (89)
Jeu 3 Nov - 11:30 par sophie

» Besoin d'aide à la lecture
Lun 31 Oct - 7:52 par Généadmin

» La généalogie de Tintin
Mer 26 Oct - 10:24 par Généadmin

» Spécialités Charentaises
Mer 26 Oct - 10:16 par Généadmin

» Bonjour, bonsoir
Sam 22 Oct - 12:53 par Fanny

» besoin aide au maroc
Jeu 20 Oct - 6:28 par glaglassdu91

» On ne croise pas le Pape tous les jours...
Lun 17 Oct - 13:16 par Généadmin

» Les archives Genevoises sur internet
Ven 14 Oct - 13:21 par Généadmin

» Véteau et Martin, les derniers charentais guillotinés
Mar 11 Oct - 6:43 par Généadmin

Liens amis

   
 




Genealogie


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes






Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier


C'est arrivé un 14 aout

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

C'est arrivé un 14 aout

Message par Généadmin le Dim 14 Aoû - 7:20

14 août 1040 : Macbeth s'empare du trône d'Écosse

Le 14 août 1040, en un lieu nommé Bothgowanan, le roi d'Écosse Duncan 1er est assassiné par un parent, un rude guerrier du nom de Macbeth, lequel prend sa place sur le trône.


Les deux jeunes fils de la victime n'ont de cesse de venger leur père. Ils s'allient pour cela au roi d'Angleterre, le Saxon Édouard le Confesseur. En 1056, à Dunsinnan, au terme d'un violent affrontement entre les deux armées, Macbeth est battu. Il s'enfuit avant d'être tué par l'un de ses anciens ennemis le 15 août 1057, en un lieu dit Lumphanan. L'héritier de Duncan peut enfin retrouver son trône sous le nom de Malcolm III. Cette tragédie des temps barbares aurait été bien oubliée si elle n'avait été bien plus tard mise en vers par Shakespeare.


Dernière édition par Généadmin le Dim 14 Aoû - 7:46, édité 1 fois
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

14 août 1385 : Les Portugais triomphent à Aljubarrota

Message par Généadmin le Dim 14 Aoû - 7:22

Le 14 août 1385, l'armée du connétable portugais Nuno Alvares Pereira met en déroute les troupes du roi de Castille à Aljubarrota. Cette victoire consolide l'indépendance du Portugal.


Le roi précédent, Ferdinand 1er, n'avait laissé à sa mort, en 1383, qu'une fille, Béatrice, mariée au roi de Castille Jean 1er.
Éléonore, veuve de Ferdinand, reconnaît ce dernier comme son successeur.

Mécontents, les députés des Cortes de Coïmbre (ou Coïmbra) portent sur le trône un fils illégitime de l'ancien roi Pierre 1er, Jean le Bâtard, sous le nom de Jean 1er (Joao 1er).

Le coup d'État réussit mais Éléonore s'enfuit auprès du souverain castillan. Ce dernier franchit la frontière avec son armée. Sur la route de Lisbonne, il est battu à plate couture par l'armée portugaise, renforcée par un petit contingent d'archers anglais.

Joao 1er, reconnaissant de sa victoire à ses alliés anglais, signe avec eux en mai de l'année suivante le traité de Windsor qui établit une « ligue d'amitié inviolable, éternelle, solide, perpétuelle et véritable » entre les deux royaumes. Cette alliance est la plus ancienne encore en vigueur !


Dernière édition par Généadmin le Dim 14 Aoû - 7:41, édité 1 fois
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

14 août 1844 Bataille de l'Isly et fin de la conquête de l'Algérie

Message par Généadmin le Dim 14 Aoû - 7:26

Le 14 août 1844, les troupes marocaines, alliées de l'émir Abd el-Kader, sont surprises par le général Thomas Bugeaud sur l'oued Isly, non loin de la frontière algéro-marocaine. Les 11.000 soldats français mettent en déroute les 60.000 cavaliers marocains.

Cette bataille est le point d'orgue de la guerre menée par les Français en Algérie depuis leur débarquement près d'Alger, en 1830. Elle sonne le glas de la résistance conduite par Abd el-Kader mais celui-ci et beaucoup d'autres de ses concitoyens résisteront encore plusieurs années avant de faire leur reddition.


Le 10 septembre 1844, par le traité de Tanger, le Maroc lâche Abd el-Kader et entérine le tracé de sa frontière avec l'Algérie. Celle-ci n'est pas soumise pour autant. Dans le massif du Dahra, à l'est de Mostaganem et d'Oran, les paysans se soulèvent à l'appel d'un Berbère surnommé «Bou Maza» (l'homme à la chèvre). La réaction de l'armée française ne se fait pas attendre. Des «colonnes infernales» ravagent la contrée. Les chefs de la résistance se rendent les uns après les autres. Abd el-Kader lui-même, épuisé et isolé, se rend le 23 décembre 1847 aux généraux de Lamoricière et Cavaignac.

  • Odieuses «enfumades»

    À Paris, dans la rue comme à la Chambre des Pairs, on s'indigne lorsqu'on apprend que des centaines de malheureux de la tribu des Ouled Riah ont péri le 19 juin 1845 dans l'«enfumade» des grottes du Dahra, à l'initiative du colonel Pélissier. Le général Bugeaud, interpellé, assume la responsabilité de ce crime de guerre en faisant valoir qu'il ne voit pas d'autre moyen de gagner la guerre !...
    Le colonel avait proposé une reddition honorable aux combattants et à leurs familles qui s'étaient réfugiés dans les grottes. Devant leur refus, et considérant qu'il ne pouvait prendre le risque de les laisser aller, il enfume les grottes en espérant de la sorte les en faire sortir. Las, hommes, femmes et enfants finissent presque tous asphyxiés. Les chroniques militaires relatent selon l'historien Daniel Lefeuvre deux ou trois autres faits semblables.
    La conquête de l'Algérie, seule guerre notable du règne somme toute pacifique de Louis-Philippe 1er, aura en définitive mobilisé jusqu'à 93.000 soldats. C'est beaucoup pour soumettre une population rurale et pauvre d'à peine 3 millions d'individus (la France compte à la même époque 36 millions d'habitants).

    Le général Bugeaud s'en explique en qualifiant l'Algérie de «Vendée musulmane», avec la même résistance... et la même répression que dans la véritable Vendée catholique ! Lui-même recevra son bâton de maréchal pour ses faits de gloire en Algérie. Il sera fait duc d'Isly par le roi et il ne lui sera pas tenu rigueur des nombreux crimes de guerre commis sous son commandement contre les civils algériens.

  • Début de la colonisation

    La reddition d'Abd el-Kader (1847) ne met pas totalement fin aux hostilités. Une résistance sporadique va perdurer pendant encore une dizaine d'années avant que l'Algérie, exsangue, ne soit occupée dans sa totalité par l'armée française. Les colons commencent alors à s'y implanter en grand nombre.

    L'administration du pays a été confiée dès 1833 aux bureaux des Affaires arabes. Ces bureaux militaires prennent en charge les intérêts des indigènes et défendent tant bien que mal leurs droits et leurs propriétés. Mais au fil du temps, leurs efforts se heurtent à la volonté des gouvernements de transformer l'Algérie en une colonie de peuplement.

    C'est ainsi que l'État ou l'armée enlèvent des terres aux indigènes, construisent à leurs frais des villages entièrement équipés avant de les remettre clés en main à des soldats en voie de démobilisation ou à des groupes de pauvres colons en provenance de la France de l'intérieur, de Malte, d'Italie ou encore d'Espagne.

    Les pouvoirs publics constituent aussi de vastes domaines et les confient à des bourgeois venus de France, ces derniers employant sur leurs terres comme fermiers les indigènes musulmans qui en étaient auparavant les propriétaires.

    Les immigrants européens sont appelés roumis (roumias pour les femmes) par les indigènes, d'un mot arabe qui désigne traditionnellement les chrétiens d'Occident, descendants des Romains (ils seront beaucoup plus tard qualifiés de Pieds-noirs par leur coreligionnaires de la métropole).

  • Espoirs et faillite de l'intégration politique

    En rupture avec les régimes précédents, l'empereur Napoléon III tente de transformer le territoire algérien en un «royaume arabe» associé à la France et dont il serait lui-même le souverain.

    Dans une lettre du 6 février 1863, il proclame que «l'Algérie n'est pas une colonie proprement dite mais un royaume arabe». Au grand scandale des colons et des militaires, il en appelle à l'égalité complète entre Européens et indigènes, au moins dans la gestion des affaires locales. Par ailleurs, un sénatus-consulte (une loi) en date du 14 juillet 1865 permet aux musulmans d'acquérir la citoyenneté française mais à la condition de renoncer à titre individuel au statut coranique et d'accepter le droit civil français.

    La chute de l'Empire, en 1870, va ruiner le projet de Napoléon III et creuser le fossé entre indigènes et colons.
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

14 août 1900 : Un corps expéditionnaire à Pékin

Message par Généadmin le Dim 14 Aoû - 7:27

Le 14 août 1900, un corps expéditionnaire européen entre à Pékin.
Les diplomates assiégés par les Boxeurs (en anglais : Boxers) sont délivrés.


Le gouvernement de l'impératrice Ci Xi (Ts'eu-Hi), qui avait encouragé en sous-main les émeutiers, est condamné à payer des indemnités jusqu'en... 1940.


La Chine à demi-colonisée est une fois de plus humiliée.


Dernière édition par Généadmin le Dim 14 Aoû - 7:39, édité 1 fois
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

14 août 1914 : La « bataille des frontières »

Message par Généadmin le Dim 14 Aoû - 7:27

Les Français imaginent comme les Allemands une guerre fulgurante et croient encore aux vertus de la cavalerie. Le commandant en chef des armées du nord et de l'est Joseph Joffre applique le plan XVII concocté en 1913, qui prévoit une offensive dans les Ardennes et en Lorraine. Mais il est pris de court par l'offensive allemande en Belgique.
Conformément au plan Schlieffen, les Allemands repoussent Belges et Français sur tous les fronts.
Joffre organise toutefois une retraite générale en bon ordre.


Dernière édition par Généadmin le Dim 14 Aoû - 7:32, édité 1 fois
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

14 août 1941 : La Charte de l'Atlantique

Message par Généadmin le Dim 14 Aoû - 7:29

Le 14 août 1941, tandis que l'Angleterre résiste seule à l'Allemagne nazie et que celle-ci vient d'envahir l'URSS, le président des États-Unis Franklin Delano Roosevelt et le Premier ministre britannique Winston Churchill se rencontrent à bord du navire de guerre Prince of Wales «quelque part en mer», au large de Terre-Neuve.


Ils proposent une série de principes moraux devant guider les puissances démocratiques et garantir le rétablissement durable de la paix :
- refus de tout agrandissement territorial, - droit des peuples à choisir leur forme de gouvernement, - libre accès de chacun aux matières premières, - liberté des mers, - renonciation à la force !

Le président américain veut de la sorte préparer son opinion publique, encore très réticente, à une entrée en guerre contre l'Allemagne, aux côtés de l'Angleterre et de l'URSS.

Le document signé par les deux dirigeants est désormais connu sous le nom de Charte de l'Atlantique. Il est à l'origine de la charte des Nations Unies et sera pour la forme évoqué à la conférence de Yalta.
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'est arrivé un 14 aout

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum