Forum Généactif
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Yonne (89)
Jeu 3 Nov - 11:30 par sophie

» Besoin d'aide à la lecture
Lun 31 Oct - 7:52 par Généadmin

» La généalogie de Tintin
Mer 26 Oct - 10:24 par Généadmin

» Spécialités Charentaises
Mer 26 Oct - 10:16 par Généadmin

» Bonjour, bonsoir
Sam 22 Oct - 12:53 par Fanny

» besoin aide au maroc
Jeu 20 Oct - 6:28 par glaglassdu91

» On ne croise pas le Pape tous les jours...
Lun 17 Oct - 13:16 par Généadmin

» Les archives Genevoises sur internet
Ven 14 Oct - 13:21 par Généadmin

» Véteau et Martin, les derniers charentais guillotinés
Mar 11 Oct - 6:43 par Généadmin

Liens amis

   
 




Genealogie


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes






Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier


C'est arrivé un 20 aout

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

C'est arrivé un 20 aout

Message par Généadmin le Sam 20 Aoû - 8:23

20 août 636
Les Arabes vainqueurs des Byzantins au Yarmouk

Le 20 août 636, quatre ans seulement après la mort du prophète Mahomet, les cavaliers arabes triomphent d'une nombreuse armée byzantine et s'emparent sans coup férir du Proche-Orient et de ses richesses.

  • Une victoire inespérée

À Médine, le calife Omar, énergique quadragénaire, avait été prévenu de l'approche d'une armée grecque. Il en avertit Khalid, son meilleur général.
Celui-ci réunit l'ensemble des combattants musulmans et, après cinq jours de marche, fait face à l'ennemi.
L'affrontement décisif a lieu sur les rives du Yarmouk, un affluent du Jourdain à une centaine de kilomètres au sud de Damas.
L'armée byzantine est supérieure en nombre mais peu motivée...
Surtout composée d'Arméniens et... d'Arabes, elle est pénalisée par les querelles théologiques entre les patriarcats de Constantinople et du Proche-Orient.
Bien que chrétiens comme l'empereur Héraclius, les Orientaux négligent de prêter leur concours à son armée.
Celle-ci est donc battue sans que cela affecte d'ailleurs Constantinople, qui s'inquiète bien davantage du péril perse ou encore bulgare.

Fort de cette victoire inespérée, Khalid occupe Damas, capitale de la Syrie. Seules une quinzaine d'églises sont laissées aux chrétiens. Il occupe par ailleurs Antioche, métropole prestigieuse de l'Orient hellénistique. C'est ainsi que la riche Syrie tombe sous la domination arabe.
Deux ans plus tard, c'est au tour de Jérusalem de tomber aux mains des musulmans. Les chrétiens sont tolérés dans la ville sainte moyennant tribut cependant que les juifs en sont chassés.
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

20 août 1953 Le sultan du Maroc est déposé

Message par Généadmin le Sam 20 Aoû - 8:36

Le 20 août 1953, le sultan du Maroc Sidi Mohammed est chassé du pouvoir par le Glaoui, avec la complicité des Français. Ce coup de force n'a d'autre effet que d'attiser les sentiments anti-français et de précipiter le retour à l'indépendance du Maroc...

  • Les dérapages du protectorat

La France exerce un protectorat sur le Maroc depuis la convention de Fès de 1912. À la gestion éclairée du général Hubert Lyautey, résident général auprès du sultan, a succédé en 1925 une administration beaucoup plus coercitive et timorée. Deux ans plus tard, le sultan Moulay Youssef meurt et laisse le trône à son troisième fils qui devient sultan sous le nom de Mohammed V. Il a 18 ans.

Par le dahir berbère du 16 mai 1930 qui prétend détacher les tribus berbères du sultan, Paris laisse entrevoir sa volonté de remplacer le protectorat par une colonisation directe. Il s'ensuit des ferments de révolte nationaliste dans le pays. Le dahir est abandonné en 1934.

La situation se rétablit avec la nomination en 1936 du général Henri Noguès, disciple de Lyautey, comme résident général. Mais l'invasion de la France par les Allemands en 1940 puis, en 1942, le débarquement anglo-américain sur les côtes du Maroc redonnent de l'audace aux nationalistes marocains qui, en 1943, fondent le parti de l'Istiqlal (indépendance en arabe). Notons que dès 1941, le sultan s'est opposé à l'extension au Maroc des lois anti-juives appliquées en France et en Algérie.

  • Entêtement français

Après la Seconde Guerre mondiale se multiplient les révoltes contre le protectorat à Rabat, Fès, Tanger... En dépit de celles-ci, les Français rejettent la revendication par le sultan d'une complète indépendance selon une promesse qui lui a été faite en 1943 par le président américain Franklin Roosevelt lui-même.

En désespoir de cause, Paris suscite contre le sultan la révolte de Thami El Glaoui, le pacha de Marrakech. Le samedi 23 décembre 1950, à l'occasion de la fête du Mouloud (le Nouvel An musulman), celui-ci se rend au palais du sultan pour présenter ses voeux à Mohammed V et en profite pour le mettre en garde contre les fauteurs de désordre de l'Istiqlal. Irrité, le sultan le congédie. C'est la rupture.

  • Le Glaoui

Le Glaoui est issu d'une tribu guerrière du Sud marocain, les Glaoua. En 1907, il a 28 ans quand il s'associe aux Français pour déposer le sultan Moulay Abdelaziz et le remplacer par son frère Moulay Hafid. Cinq ans plus tard, lorsque la France instaure officiellement son protectorat sur le pays, il collabore étroitement avec le résident général, Hubert Lyautey, ce qui lui vaut le titre de pacha de Marrakech. Il tient le sud du pays sous sa tutelle et acquiert une immense richesse fondée sur des propriétés foncières et des intérêts miniers. Il participe avec ses propres troupes à la guerre du Rif contre Abdelkrim...
Le Glaoui et ses partisans se proposent de déposer le sultan et de le remplacer par un vieillard, le chérif Mohammed ben Arafa. Mais dans le même temps, Mohammed V va de l'avant. Il entame la «grève du sceau» et refuse de signer les dahirs présentés par le résident général Alphonse Juin pour protester contre la tentative de celui-ci de transformer le Maroc en simple colonie. Le Glaoui lève une armée de milliers de cavaliers et marche sur Rabat et Fès.

Pour éviter l'irréparable, Mohammed V renonce à sa «grève» le 23 février 1951 mais sans que revienne la sérénité ! Le 3 octobre 1951, le général Augustin Guillaume arrive à la résidence générale avec l'intention d'en découdre. Faute de pouvoir s'entendre avec lui, Mohammed V demande en novembre 1952, lors du discours du Trône, l'émancipation immédiate du Maroc. Le Glaoui et une vingtaine de caïds signent alors une pétition de dénonciation.

En août 1953, prenant prétexte de la révolte, le gouvernement français dépose le sultan et l'exile en Corse puis à Madagascar. Il le remplace sur le trône par Mohammed ben Arafa. Mais ces mauvais procédés n'ont d'autre effet que de grandir le prestige de Sidi Mohammed au sein de la population marocaine.

  • Riposte marocaine

Les attentats contre la présence française se multiplient : attentats contre ben Arafa, déraillement d'un train, bombe sur un marché...
Contre l'avis de ses ministres gaullistes, le président du Conseil Edgar Faure engage deux ans plus tard des pourparlers avec le sultan. Une conférence s'ouvre à Aix-les-Bains le 22 août 1955. Elle aboutit à la signature d'un document par lequel la France reconnaît la fin du protectorat et l'indépendance du Maroc le 2 mars 1956.

Le souverain convertit son titre de sultan en celui de roi sous le nom de Mohammed V et le 7 mars 1956, annonce à son peuple le retour à l'indépendance.

L'Espagne à son tour reconnaît l'indépendance du pays le 7 avril 1956 avant de lui restituer un peu plus tard l'enclave d'Ifni et le littoral méditerranéen (à l'exception de Ceuta et Melilla). Enfin, le statut international de Tanger est aboli le 21 octobre de la même année et le grand port du nord retourne dans le giron du royaume.
Mais déjà se profile en Algérie un nouveau conflit colonial avec des retombées sur le Maroc..
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

20 août 1955 Émeutes à Philippeville

Message par Généadmin le Sam 20 Aoû - 8:38

Le 20 août 1955, les indépendantistes algériens du FLN (Front de Libération Nationale) organisent des manifestations violentes dans le Constantinois. Ils prennent prétexte du deuxième anniversaire de la déposition du sultan du Maroc.

Des émeutiers investissent les rues de Philippeville et El-Alia. Cette fois, les colons européens sont directement visés. Plusieurs dizaines d'hommes, de femmes, d'enfants et de nourrissons sont tués dans des conditions atroces. Au total 123 morts dont 71 Européens.

  • Les musulmans basculent du côté FLN

Piégés par la colère et l'émotion, les colons et les militaires réagissent en massacrant à leur tour des musulmans pris au hasard dans la rue, faisant officiellement plusieurs centaines de victimes innocentes (1273 morts selon le bilan officiel).

Le résultat est immédiat. De très nombreux musulmans modérés, qui étaient restés jusque-là réfractaires aux thèses indépendantistes des groupuscules FLN, basculent de leur côté. C'est l'échec des tentatives d'intégration des musulmans algériens dans la République française et le véritable commencement de la guerre d'indépendance.

Dès le 23 août 1955, le gouvernement français décide le rappel du demi-contingent libéré en avril et le maintien sous les drapeaux du premier contingent de 1954. Le processus de guerre est dès lors enclenché.


En janvier 1956, à Paris, le socialiste Guy Mollet accède à la présidence du Conseil. Il se propose d'entamer des réformes de structure, de mettre fin à la vague de terrorisme engagée et enfin d'entamer des négociations avec les plus conciliants des indépendantistes. Il rappelle en premier lieu Jacques Soustelle, gouverneur général de l'Algérie, coupable de prôner une intégration totale dans la République française.

Le 6 février 1956, le Président du Conseil débarque impromptu à Alger afin de prendre le pouls de la population et de lui présenter le nouveau ministre résident d'Algérie, le général Georges Catroux (79 ans), un vieux résistant de grand prestige. Mais son arrivée mal préparée et le rappel de Jacques Soustelle, garant du maintien de l'Algérie dans la République, débouchent sur une manifestation violente des Français d'Alger. C'est la «journée des tomates».

  • Les socialistes prennent le parti des colons

Pris au dépourvu, le président du Conseil renonce à la nomination de Catroux. Il propose à sa place Robert Lacoste, un député socialiste qui a la faveur des partisans de l'Algérie française. Les réformes de structure sont repoussées aux calendes grecques si ce n'est la création le 28 juin 1956 de 12 départements au lieu et place des 3 départements de 1848.

Guy Mollet met tout en oeuvre pour éradiquer le terrorisme et en premier lieu ses bases arrières à l'étranger : le 12 mars 1956, il obtient de l'Assemblée nationale une loi sur les pouvoirs spéciaux en Algérie, par 455 voix contre 76 (l'essentiel de la gauche et les communistes votent en faveur de cette loi de répression, de même que la droite).

Le FLN riposte en durcissant ses attaques. Le 30 septembre 1956, il commet les premiers attentats aveugles au centre d'Alger. Les bombes font un mort et 62 blessés dans deux bars de la ville, le Milk Bar et la Cafétéria.

Le 22 octobre 1956, débordant les consignes du gouvernement, les services secrets français arraisonnent en plein ciel un avion qui transporte les principaux chefs de la rébellion algérienne : Ben Bella, Boudiaf... Le scandale est immense et n'arrange en rien les affaires du gouvernement. Le mois suivant, celui-ci monte avec la Grande-Bretagne et Israël une attaque contre l'Égypte du général Nasser, sous le prétexte de la nationalisation du canal de Suez. L'opération se solde par un fiasco.

Enfin, en janvier 1957, Guy Mollet fait appel au général Massu pour en finir avec les bombes et les morts d'innocents qui traumatisent les habitants de l'Algérie, musulmans et Européens confondus.

L'historien René Rémond explique ces options par les convictions socialistes et laïques du chef du gouvernement. Selon lui, «les positions que les circonstances ont contraint Guy Mollet à adopter n'étaient pas contraires à sa philosophie: le refus de l'indépendance était conforme et à la tradition républicaine et à l'idéologie socialiste (...). La gauche démocratique et laïque avait une certaine idée de la France qui lui conférait une mission de valeur universelle: conduire sur la voie du progrès les peuples les moins évolués, diffuser les valeurs démocratiques, affranchir les esprits de la superstition (...)», écrit-il. «Pourquoi la France de 1789 encouragerait-elle un phénomène archaïque ? L'avenir est dans les grands ensembles...» (*).

L'historien pourrait ajouter qu'en réprimant l'insurrection indépendantiste, la gauche socialiste était aussi en phase avec les électeurs d'Algérie, massivement laïcs et de gauche.

Le général Massu gagnera la bataille d'Alger. Mais cette victoire ternie par des procédés contestables (tortures, exécutions sans jugement) va relancer dans la métropole l'opposition à la guerre et aboutir en définitive à la victoire politique des indépendantistes.
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

20 août 1988 : Fin de la guerre Irak-Iran

Message par Généadmin le Sam 20 Aoû - 8:39

Le 20 août 1988, un cessez-le-feu à l'initiative de l'ONU met un point final à la guerre Irak-Iran. Celle-ci a été déclenchée huit ans plus tôt par le dictateur irakien Saddam Hussein qui voulait tirer profit de l'état de guerre civile dans lequel était plongé son voisin et rival depuis la révolution islamique. Dans les faits, l'Iran s'est vite ressaisi et obtient en fin de compte un retour aux frontières initiales, au prix d'un million de morts au total...
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'est arrivé un 20 aout

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum