Forum Généactif
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Yonne (89)
Jeu 3 Nov - 11:30 par sophie

» Besoin d'aide à la lecture
Lun 31 Oct - 7:52 par Généadmin

» La généalogie de Tintin
Mer 26 Oct - 10:24 par Généadmin

» Spécialités Charentaises
Mer 26 Oct - 10:16 par Généadmin

» Bonjour, bonsoir
Sam 22 Oct - 12:53 par Fanny

» besoin aide au maroc
Jeu 20 Oct - 6:28 par glaglassdu91

» On ne croise pas le Pape tous les jours...
Lun 17 Oct - 13:16 par Généadmin

» Les archives Genevoises sur internet
Ven 14 Oct - 13:21 par Généadmin

» Véteau et Martin, les derniers charentais guillotinés
Mar 11 Oct - 6:43 par Généadmin

Liens amis

   
 




Genealogie


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes






Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier


C'est arrivé un 22 aout

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

C'est arrivé un 22 aout

Message par Généadmin le Dim 21 Aoû - 19:36

22 août 634 : Mort du premier calife


Le 22 août 634 s'éteint à Médine Abu Bakr, le premier calife de l'islam, remplaçant du prophète Mahomet.
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

22 août 1350 : Avènement de Jean II le Bon

Message par Généadmin le Dim 21 Aoû - 19:38


Le 22 août 1350, Jean II le Bon (31 ans), fils de Philippe VI de Valois et Jeanne de Bourgogne, succède à son père sur le trône de France. Il est ainsi surnommé en raison de sa réputation de bravoure (bon est à prendre au sens de brave ou fougueux). Rien à voir avec de quelconques qualités humaines car le deuxième roi de la branche des Valois est aussi mauvais homme que piètre politique. Il va entraîner le royaume dans les pires déconvenues de son histoire...
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

22 août 1485 La guerre des Deux-Roses prend fin à Bosworth

Message par Généadmin le Dim 21 Aoû - 19:42

Le 22 août 1485, le roi d'Angleterre Richard III trouve la mort à la bataille de Bosworth. Son vainqueur devient roi d'Angleterre sous le nom d'Henry VII Tudor.

Il met fin à la «guerre des Deux-Roses» qui avait endeuillé le pays et saigné la noblesse pendant 30 ans.

  • La guerre des Deux-Roses

La guerre des Deux-Roses désigne trois décennies de troubles qui ont endeuillé l'Angleterre de 1455 à 1485. Elle est due à l'épuisement du pays au terme de la guerre de Cent Ans et à la folie du roi Henri VI. Elle a quelque ressemblance avec les trois décennies de malheurs provoquées en France par la folie du roi Charles VI, lequel était d'ailleurs le grand-père du roi anglais.



- Henri VI de Lancastre, de la guerre de Cent Ans à la guerre des Deux-Roses :
Né en 1421, Henri VI de Lancastre est proclamé l'année suivante, à la mort de son père, roi d'Angleterre et de France. La régence est confiée à ses oncles Humphrey, duc de Gloucester, pour l'Angleterre, nommé «Protecteur du royaume», et Jean, duc de Bedford, pour la France.

Mais les succès de Jeanne d'Arc, la mort de Bedford, les imprudences de Gloucester, enfin la réconciliation franco-bourguignonne obligent les Anglais à quitter presque complètement la France. Confronté à des révoltes de plus en plus nombreuses sur le sol anglais, le roi Henri VI, qui dirige lui-même son gouvernement depuis 1437, se réconcilie avec son homologue français, Charles VII. Il épouse en 1445 Marguerite d'Anjou, fille du roi René d'Anjou.

Pieux et consciencieux, Henri VI fonde le collège d'Eton, près de Windsor, ainsi que King's College, à Cambridge. Mais, petit-fils du roi de France Charles VI le Fou par sa mère Catherine de Valois, il ne tarde pas à manifester à son tour des signes de folie.

Sa position se détériore lorsqu'en 1449, le roi de France Charles VII reprend la guerre et reconquiert la Normandie en 1450. La perte de l'Aquitaine en 1453 n'arrange rien.

Sa femme, manifestant une énergie peu commune, le supplée dans la direction du royaume. Elle neutralise Gloucester mais doit bientôt faire face à la rébellion du duc Richard d'York, qui descend comme Henri VI du roi Édouard III.

Deux factions se font jour autour du roi très affaibli : d'une part celle qui soutient Henri VI, menée par le duc de Beaufort, d'autre part celle du duc Richard d'York, prétendant à la couronne. Henri VI et Richard descendent tous deux du roi Édouard III, le premier par son troisième fils Jean de Gand, duc de Lancastre, le second par son quatrième, Edmond de Langley, duc d'York.

Comme le symbole de la maison de Lancastre est la rose rouge, et celui de la maison d'York la rose blanche, on parlera de la guerre des Deux-Roses.

  • Une guerre à rebondissements

La guerre éclate pour de bon en 1455, peu après que les Anglais ont été chassés d'Aquitaine. Elle prendra le nom de guerre des Deux-Roses, en référence à la rose rouge des Lancastre et à la rose blanche des York.

Dans un premier temps, Henri VI est battu et capturé à Saint-Albans le 22 mai 1455 par le duc Richard d'York et son allié, le comte Richard de Warwick. Contraint et forcé, il reconnaît Richard d'York pour héritier mais Marguerite ne l'entend pas ainsi. Elle mène ses troupes à la bataille. En 1460, à Wakefield, elle vainc le duc Richard d'York et celui-ci trouve la mort au cours de la bataille.

    - Premier rebondissement :

Le fils du défunt, Édouard, reprend le flambeau de la révolte. Warwick le fait couronner sous le nom d'Édouard IV et bat les troupes de Lancastre à Townton, le 29 mars 1461. L'ex-roi et sa femme Marguerite se réfugient en Hollande.

    - Deuxième rebondissement :

Warwick est déchu de sa fonction de chancelier et, en 1467, doit se réfugier auprès de Louis XI en France. Il y retrouve Marguerite d'Anjou avec laquelle il se réconcilie. Il retraverse la Manche avec une armée, chasse Édouard IV et rétablit sur le trône Henri VI en 1470.

    - Troisième rebondissement :

Édouard IV, avec l'aide du duc de Bourgogne Charles le Téméraire, repasse à son tour la Manche. Il bat Warwick à Barnet le 14 avril 1471. Le «Faiseur de rois» est tué au cours de la bataille. Peu après, le 4 mai 1471, Henri VI est à son tour battu à Tewkesbury. Capturé, il est enfermé à la Tour de Londres avec la reine Marguerite. Son fils Édouard et lui-même finiront assassinés. Triomphant, Édouard IV va passer le reste de son règne dans les plaisirs et moura le 9 avril 1483, à 41 ans seulement.

    - Quatrième et dernier rebondissement :

Le nouveau souverain est un enfant de douze ans, Édouard V. Il est placé avec son frère cadet Richard sous la tutelle de leur oncle, le puissant duc Richard de Gloucester. Celui-ci, homme sans scrupules, sans doute à l'origine du meurtre d'Édouard IV, les déclare illégitimes et les fait enfermer dans la Tour de Londres. Le 6 juillet 1483, pendant leur sommeil, «les enfants d'Édouard» sont mis à mort.

Le meurtrier se fait proclamer roi par le Parlement sous le nom de Richard III. Il ne va pas jouir longtemps de son crime. Abandonné par le peuple, il doit faire face au débarquement d'une armée conduite par Henri Tudor, héritier des Lancastre. Il est battu et tué à Bosworth deux ans plus tard. Son rival monte sur le trône sous le nom d'Henri VII Tudor.

Ainsi se terminent la guerre des Deux-Roses mais aussi la Maison d'York et la dynastie des Plantagenêts.

  • Bibliographie

Pour aller plus loin, on peut lire en français les ouvrages de Paul M. Kendall : Richard III (Fayard, 1979), Warwick, le Faiseur de rois (Fayard, 1981) et L'Angleterre au temps de la guerre des Deux-Roses (Fayard, 1984).
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

22 août 1717 : Le prince Eugène triomphe à Belgrade

Message par Généadmin le Dim 21 Aoû - 19:45

Le 22 août 1717, le prince Eugène de Savoie entre triomphalement à Belgrade à la tête de ses troupes autrichiennes.

Avec ce succès dans la guerre contre les Turcs ottomans, le prince Eugène se range parmi les plus grands chefs de guerre de l'Histoire.

  • Victoire sur le destin

Né en 1663, Eugène est le fils du prince de Savoie-Carignan et d'Olympe Mancini, une nièce de Mazarin dont Louis XIV avait apprécié dans sa jeunesse la compagnie et le charme.

À 20 ans, il ne rêve que de combats mais le roi, qui en veut à sa mère pour son implication dans l'«affaire des poisons», lui refuse un commandement.

Qu'à cela ne tienne. Eugène s'enfuit de Paris et se met derechef au service de l'empereur d'Allemagne Léopold 1er, en guerre contre les Turcs.

  • Eugène triomphe des Turcs

Le pacha Kara Moustapha, grand vizir du sultan Mohamed IV a entrepris le siège de Vienne, lequel a pu être levé grâce à l'intervention du roi Jean III Sobieski de Pologne.

À la faveur de cette contre-offensive, Eugène fait ses preuves et reçoit un régiment dès 1684.

Il est nommé maréchal à 29 ans et commandant en chef de l'armée impériale en Hongrie où il remporte en 1697 la victoire mémorable de Zenta sur une armée turque en déclin.

Son étoile monte au zénith avec le traité de Karlowitz, en 1699, par lequel l'Autriche s'étend en Hongrie et en Transylvanie.

Après avoir enlevé Belgrade aux Turcs, Eugène se retourne contre... les Français. Il mène brillamment les guerres de la Ligue d'Augsbourg et de Succession d'Espagne en Allemagne et en Italie contre la France et les princes protestants.
Il prend encore le commandement suprême au cours de la guerre de Succession de Pologne, quoique avec moins de bonheur que dans sa jeunesse.

Promoteur inspiré de la «Vienna gloriosa», le prince Eugène se fait construire la fabuleuse résidence du Belvédère à Vienne, où il meurt en 1736.
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

22 août 1791 : Les esclaves de Saint-Domingue s'insurgent

Message par Généadmin le Dim 21 Aoû - 19:49

Dans la nuit du 22 au 23 août 1791 éclate une violente insurrection à Saint-Domingue, colonie française des Antilles. Esclaves noirs et affranchis revendiquent la liberté et l'égalité des droits avec les citoyens blancs. C'est le début d'une longue et meurtrière guerre qui mènera à l'indépendance de l'île.

  • Une prospérité compromise

De son nom officiel «côtes et îles de Saint Domingue en l'Amérique sous le vent», la colonie est, avant la Révolution, la plus prospère des possessions françaises d'outre-mer grâce à ses plantations de café et de canne à sucre et à ses nombreux esclaves.

La colonie compte près de 600.000 habitants, dont 40.000 affranchis, essentiellement des mulâtres, et 500.000 esclaves noirs. Les affranchis n'ont pas les mêmes droits que les colons mais bénéficient d'une certaine aisance et sont parfois même propriétaires d'esclaves.

Le sort de l'île est bouleversé par la Révolution française. Le 15 mai 1791, à Paris, l'Assemblée nationale accorde timidement le droit de vote à certains hommes de couleur libres. Cette demi-mesure inquiète les colons blancs de Saint-Domingue qui songent à proclamer leur indépendance pour préserver leur île des idées séditieuses venues de Paris. Elle ne satisfait pas davantage les affranchis, qui, tel François Ogé, réclament une véritable égalité de droit avec les colons.

Affranchis mulâtres et colons blancs commencent à s'affronter, n'hésitant pas à associer leurs esclaves noirs à leurs querelles.

  • Un combat pour la liberté et l'égalité

Des nègres marrons (ainsi appelait-on les esclaves qui avaient fui les plantations et s'étaient réfugiés dans les forêts) en viennent à revendiquer l'abolition de l'esclavage au cours d'une cérémonie vaudou au Bois-Caïman, près de Morne-Rouge, sous la direction d'un prêtre vaudou, Boukman, le 14 août 1791. Cette revendication débouche sur une insurrection dans la nuit du 22 au 23 août 1791, avec le fameux Boukman entouré de ses lieutenants Romaine le prophète, Hyacinthe, Biassou, Jean-François.

Des centaines de sucreries et de caférières (plantations de café) sont détruites. Les Blancs eux-mêmes sont massacrés par centaines. C'est le début d'une longue et meurtrière guerre qui mènera à l'indépendance de la prospère colonie.

Les insurgés noirs ne tardent pas à recevoir le soutien des affranchis, irrités que les révolutionnaires aient fait exécuter plusieurs d'entre eux, dont le célèbre François Ogé.

Les premiers combats révèlent les talents militaires d'un cocher de 48 ans nommé François Toussaint. Fils d'un Africain du Bénin, il a reçu une éducation sommaire. Affranchi quinze ans plus tôt, en 1776, il a pu acquérir une propriété de 13 hectares et vingt esclaves !

Lorsqu'éclate l'insurrection, François Toussaint entre au service de Georges Biassou. Il ne tarde pas à faire la preuve de son courage et de ses talents de stratège. Le surnom de L'ouverture ou Louverture s'ajoute à son nom en raison de la bravoure avec laquelle il enfonce les brèches !

Le 28 mars 1792, l'Assemblée législative établit une égalité de droit entre tous les hommes libres (à l'exception des esclaves) mais cette nouvelle demi-mesure intervient trop tard pour arrêter l'insurrection.

En 1793, l'Espagne entre en guerre contre la France. Madrid, qui occupe la partie orientale de l'île, Santo Domingo, offre à Georges Biassou et François Toussaint Louverture de combattre les Français à ses côtés en échange d'une promesse de liberté générale.

Les insurgés acceptent et Toussaint Louverture reçoit le grade de lieutenant général dans les armées espagnoles. Il commande 4.000 hommes et bientôt vole de succès en succès.

  • Libérés grâce à la Révolution française

Face à la révolte des esclaves et aux menaces d'invasion anglaise et espagnole, les commissaires de la République française Sonthonax et Polverel se résignent à proclamer la liberté générale des esclaves. C'est chose faite le 29 août 1793 dans la province du Nord et le 4 septembre dans les parties ouest et sud.

La Convention généralise ces décisions par le décret du 6 pluviôse An II (4 février 1794) en abolissantl'esclavage dans l'ensemble des colonies françaises.

Voyant cela, certains planteurs n'hésitent pas à appeler les Anglais à leur secours. Trois mois plus tard, en mai 1794, 7.500 soldats anglais venus de la Jamaïque voisine débarquent à Haïti et s'emparent de la capitale, Port-au-Prince.

Heureusement pour la France, Toussaint Louverture prend conscience de la fragilité du soutien espagnol : Madrid tarde à concrétiser sa promesse de libération des esclaves. Le 18 mai 1794, le héros noir change de camp et fait front commun avec les révolutionnaires français, leur sachant gré d'avoir libéré les esclaves. Il intervient avec ses troupes aux côtés du général Laveaux et la Convention le nomme général de division le 17 août 1794.

Les Anglais sont bientôt battus et décimés par une épidémie de fièvre jaune à laquelle les Noirs sont, eux, presque insensibles. En octobre 1798, Toussaint Louverture reçoit leur reddition au nom de la République française. Il prend dès lors en main le gouvernement de l'île et s'applique à rassurer les planteurs. La prospérité ne tarde pas à revenir. Il est vrai que le nouveau maître de l'île oblige ses frères de couleur à travailler comme salariés dans les plantations dont ils étaient auparavant les esclaves ! Il signe à cet effet un décret le 12 octobre 1800.

Toussaint Louverture réoccupe le 27 janvier 1801 la partie orientale de l'île, que l'Espagne avait cédée à la France en 1795 par le traité de Bâle. Cette initiative déplaît à Napoléon Bonaparte, qui gouverne la France à ce moment-là avec le titre de Premier Consul.

Le libérateur de Saint-Domingue n'en a cure et le 8 juillet 1801, il proclame l'autonomie de l'île et se nomme Gouverneur général à vie de la nouvelle République. Il s'ensuit une guerre impitoyable contre les troupes venues de la métropole, avec, au bout du tunnel, l'indépendance.
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

22 août 1798 : Fondation de l'Institut d'Égypte

Message par Généadmin le Dim 21 Aoû - 19:50

Le 22 août 1798, le général Bonaparte fonde au Caire l'Institut d'Égypte, sur le modèle de l'Institut de France. Les savants et les artistes, peintres et graveurs qui accompagnent son expédition militaire en deviennent les membres actifs, de même que le général lui-même.

Sous la direction de Vivant Denon, ils se mettent au travail pour sortir l'antique civilisation pharaonique de son mystère. Bonaparte aura à coeur de monter en épingle leurs travaux et leurs compte-rendus pour mieux faire oublier à l'opinion métropolitaine le fiasco militaire de son expédition. Ainsi se développe l'égyptologie, qui trouvera en Jean-François Champollion un martyr.
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

22 août 1864 : Convention de Genève sur la Croix-Rouge

Message par Généadmin le Dim 21 Aoû - 19:50

Le 22 août 1864, douze États signent la Convention de Genève et mettent en place la Croix-Rouge à l'initiative d'un homme d'affaires et philanthrope genevois, Henri Dunant.
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

22 août 1910 : La Corée devient colonie japonaise

Message par Généadmin le Dim 21 Aoû - 19:50

Le Japon des Lumières officialise le 22 août 1910 l'annexion de la Corée, le « Pays du Matin calme » (Cho-Sen ou Chôsen). La péninsule coréenne restera colonie de l'empire nippon jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale, en 1945. Malgré leur parenté linguistique et ethnique avec les Japonais, ses habitants conservent un souvenir amer de cette période...

Le royaume médiéval de Corée était devenu un État vassal de la Chine au XVIIe siècle. Au siècle suivant, une bonne partie de sa population est convertie au christianisme par une poignée de prédicateurs coréens et chinois. Ces derniers ont été formés par des jésuites à la cour des empereurs mandchous, à Pékin, et sont entrés en fraude en Corée !

À la signature du traité de Shimonoseki avec le Japon, la Chine reconnaît la pleine indépendance de la Corée mais celle-ci tombe du coup sous la coupe des Russes et des Japonais. Après la guerre russo-japonaise, les Russes sont évincés de Corée et laissent les coudées franches aux Japonais...
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

22 août 1962 : Attentat du Petit-Clamart

Message par Généadmin le Dim 21 Aoû - 19:51

Le 22 août 1962 survient l'attentat du Petit-Clamart, contre le général de Gaulle. Le président met à profit l'émotion qui secoue le pays pour proposer l'élection du président de la République au suffrage universel direct et non plus indirect. C'est la dernière touche au régime présidentiel qu'il a toujours souhaité pour le pays. On s'apercevra plus tard de l'ambivalence institutionnelle de ce régime, dont le caractère parlementaire se révèle en période de cohabitation...
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

22 août 1975 La Corse ensanglantée

Message par Généadmin le Dim 21 Aoû - 19:52

Le 22 août 1975, en Corse, pour la première fois depuis 150 ans, on tire sur les forces de l'ordre.

Des militants de l'ARC (Action de la Renaissance de la Corse), un groupuscule dirigé par le médecin Edmond Simeoni, avaient occupé la veille une cave viticole de la plaine d'Aléria, qui appartenait à un réfugié pied-noir d'Algérie. Ils exigeaient que soient mieux pris en considération les intérêts des Corses et mis fin à une certaine «colonisation» de l'île.

Depuis le retour des pieds-noirs d'Algérie, treize ans plus tôt, le gouvernement français avait en effet facilité l'installation de plusieurs d'entre eux, anciens exploitants agricoles de la plaine de la Mitidja, dans les friches de la plaine d'Aléria.

Le matin du 22 août, trois escadrons de gendarmerie venus du continent, au total un millier d'hommes, prennent position autour de la cave. Une réaction de fermeté qui surprend par sa démesure, de la part du gouvernement de Jacques Chirac, Valéry Giscard d'Estaing étant président de la République.

Face aux forces de l'ordre, les militants sont au nombre d'une douzaine, armés de fusils de chasse. Ils refusent de se rendre et l'assaut est donné à 16 heures. Plusieurs assiégés sont blessés. Deux gendarmes sont tués.

Quelques jours plus tard, une manifestation à Bastia fait à nouveau un mort dans les forces de l'ordre. C'est le début d'une longue période de troubles dont l'île de Beauté peine à sortir.

Edmond Simeoni est condamné à 5 ans de prison dont deux avec sursis.

  • Un ou deux départements ?

En 1972, le département de la Corse a été détaché de la Provence-Côte-d'Azur. Il est devenu une collectivité régionale à part entière. Le 1er janvier 1976, l'île a été divisée en deux départements : la Haute-Corse (chef-lieu : Bastia) et la Corse du Sud (chef-lieu : Ajaccio). Elle est revenue à la situation de 1793 à 1811, lorsqu'elle était divisée entre les départements du Golo et du Liamone, voire à l'époque génoise avec l'En-Deçà-des-Monts et l'Au-Delà-des-Monts.

Pour le gouvernement de Jacques Chirac qui l'avait mise en oeuvre, cette réforme devait améliorer l'administration de l'île et favoriser les relations de proximité entre les citoyens et les pouvoirs publics.

Par la consultation populaire du dimanche 6 juillet 2003, les Corses ont affirmé leur attachement à la réforme de 1976 et aux départements issus de la Révolution. Plus profondément, ils ont confirmé leur rejet des revendications «indépendantistes» et celles-ci ne devraient pas survivre à l'arrestation et à la condamnation des assassins du préfet Érignac.

Ces revendications ont perdu beaucoup de pertinence dans une île à la population clairsemée et déclinante, en majorité composée de retraités et de fonctionnaires, où la majorité des naissances sont le fait de ménages originaires du continent ou d'Afrique du nord.
avatar
Généadmin
Admin

Messages : 637
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 56
Localisation : Jarnac

Voir le profil de l'utilisateur http://geneactif.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'est arrivé un 22 aout

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum